Clinique de Vitrolles

Quand et pourquoi déclencher un accouchement ?

Publié le 19/01/2016

Article/reportage France Info sur le déroulement des accouchements difusé mardi 19 janvier 2016

C'est ma santé par Bruno Rougier mardi 19 janvier 2016
photo prétexte © Maxppp

Il y a en France de plus en plus d'accouchements déclenchés, provoqués artificiellement. Ces naissances avant l'heure peuvent être décidées pour des raisons médicales ou pour convenance personnelle. Si elles sont justifiées, dans la plupart des cas, quand il y a une cause médicale, elles sont moins légitimes en cas d'accouchements déclenchés pour convenance personnelle.

La proportion d'accouchements provoqués augmente régulièrement depuis 40 ans. Aujourd'hui on estime qu'ils représentent 25 % des accouchements en France. Un chiffre très élevé si l'on regarde les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé. L'OMS estime que seulement 10 % des accouchements nécessitent réellement d'être déclenchés.
Ces naissances avant l'heure peuvent être décidées pour des raisons médicales ou tout simplement pour convenance personnelle parce que la future maman souhaite accoucher plus tôt. Et c'est loin d'être anecdotique : à Paris près du tiers des accouchements sont  déclenchés pour raisons personnelles. Et ce ne sont pas toujours les mamans qui demandent. Souvent c'est proposé par les établissements qui préfèrent programmer les naissances pour des raisons d'organisation, de planning. Cela évite par exemple d'avoir une trop grosse activité la nuit.

Un déclenchement simple

 

Il faut d'abord agir sur le col de l'utérus s'il n'est pas suffisamment mûr, c'est-à-dire pas assez mou. On accélère sa maturation en administrant à la future maman des prostaglandines.Puis on injecte, par perfusion, de l'ovocytine de synthèse pour déclencher les contractions ; c'est une hormone qui est naturellement secrétée au moment de l'accouchement justement pour provoquer les contractions.

Le pour et le contre

Mais se pose une question : ces naissances avant l’heure peuvent-elles avoir des conséquences négatives ? C’est ce qu’on voulut savoir des médecins suisses qui ont compilé des centaines d’études sur le sujet.
Ils ont montré que, dans certains cas, il était vraiment nécessaire d'accélérer l'accouchement parce qu’il y avait un risque pour le fœtus ou pour la maman. Par exemple quand le terme est dépassé, en cas de rupture prématurée des membranes, d’hypertension artérielle de la maman ou bien lorsque l'on craint que le poids du bébé dépasse les quatre kilos s'il arrive à terme. Les études montrent que dans ces cas le déclenchement de la naissance ne provoque pas l'augmentation du nombre de césarienne. Mais l'avantage d’un accouchement provoqué ne serait pas prouvé dans les cas de diabète maternel ou de retard de croissance intra-utérin. Dans ces cas, la possibilité d'un déclenchement avant terme doit être étudiée au cas par cas.
Dernier point : les spécialistes suisses estiment que quand il n'y a aucune raison médicale, il est préférable d'attendre le début spontané du travail.
D’autres travaux ont été menés par des médecins britanniques qui ont compilés les données de 157 études cliniques portant sur 31.000 accouchements. Leur conclusion : le risque de césarienne ne serait pas augmenté en cas d'accouchement déclenché.

Pratique

Pratique

Prendre rendez-vous

Pour prendre rendez-vous en ligne, c'est simple et rapide
cliquez sur le lien ci-dessous et laissez-vous guider.

Venir au centre / Nous contacter

Arrow

Clinique de Vitrolles

Venir au centre

Informations à venir

Nous contacter

Téléphone

Nous appeler

Tél : 04 42 46 26 26

Email

Nous envoyer un email :

Cliquez ici
Clinique de Vitrolles

La Tuilière 2, Rue Bel air,
13127 Vitrolles

Nos engagements

Développement durable

Responsabilité Sociétale de l’Entreprise

Notre approche RSE est transversale, opérationnelle et souhaite être au plus proche du terrain.
Dons d'organe

Dons d'organe et de sang

Plus de 14400 malades qui chaque année ont besoin d'une greffe d'organe. Le principal obstacle à la greffe est le manque persistant d'organes
disponibles.